DesignSpark Electrical Logolinkedin
Ask a Question

L'intérêt pour l'IoT est-il en train de diminuer ?

L'origine de la question ci-dessus est une publicité que j'ai vue à la télévision pour le dernier gadget à la mode pour la maison connectée : une caméra qui permet de voir à distance ce qui se passe dans votre salon, via un smartphone. Ai-je vraiment bien vu cette publicité ? Ou bien mon cerveau a-t-il voyagé dans le temps pour se retrouver 10 ans en arrière ?

Je pense depuis longtemps qu'il manque à l'IoT grand public une application qui fasse vraiment une différence. Les applications qui ont été proposées jusqu'ici ne sont en réalité que le prolongement d'idées qui existent déjà : les moniteurs de fitness et la domotique. Et la partie marketing, en particulier pour la domotique (ou maison connectée), paraît de plus en plus désespérée, les produits n'étant pas à la hauteur de leurs promesses. Comme le prédit le cycle de la technologie Gartner, le désenchantement du public est peut-être pour très bientôt. Voici quelques exemples récents de produits connectés qui n'ont pas réussi leur commercialisation ou qui ont rapidement été abandonnés par les consommateurs. Ils figurent dans cet article à propos du cycle Gartner 2017.

Le produit pour ceux qui ont plus d'argent que de bon sens

Juicero

Le Centrifugeuse Juicero a récemment fait les gros titres, mais pour de bien mauvaises raisons. Cet appareil connecté au Wi-Fi presse des sachets de mélanges de fruits et de légumes directement dans un verre, pour obtenir une boisson saine sans avoir besoin de découper les ingrédients ni de nettoyer la machine. Pour ce confort, vous payez payé (au moins au départ, jusqu'à ce que les clients potentiels décident qu'ils n'avaient pas besoin de payer autant) 600 €, plus 4 à 7 € par sachet. Et si vous essayiez d'utiliser des sachets moins chers d'une autre marque, cette machine intelligente rejetait tous les sachets ne portant pas le bon code QR. Ce n'est qu'après que la révélation ultime a eu lieu : il était possible d'extraire le jus sans la machine, simplement en pressant le sachet entre les mains. Les clients outrés ont donc renvoyé leur machine et demandé à être remboursés, les technologues les plus convaincus ont fait machine arrière aussi vite que possible, les soutiens financiers retiraient leur financement, et le reste de l'humanité n'en croyait tout simplement pas ses yeux.

Comment remplacer une technologie déjà ancienne par un produit plus cher

Otto

Otto est une autre start-up IoT qui est tombée dans le piège qui consiste à ne pas essayer de remplacer quelque chose qui fonctionne par une solution technologiquement plus avancée, mais plus coûteuse et moins fonctionnelle. La serrure Otto était destinée à remplacer la combinaison serrure/clé par un système Bluetooth/Wi-Fi. Un produit très joliment conçu, mais encore une fois, le prix était trop élevé (environ 600 €) pour un système susceptible de réduire le niveau de sécurité. Un des arguments de vente était que vous pouviez fournir à vos invités un code d'accès à votre domicile, mais que les personnes indésirables ne pourraient pas entrer. Selon moi, ça ressemble beaucoup à un argument marketing un peu désespéré et qui n'a impressionné personne.

 

La montre intelligente s'accroche

 Lorsque les premières montres intelligentes sont sorties, ma première réaction a été de dire : "Pourquoi est-ce que je vais aller payer plus de 300 € pour une montre numérique en plastique ?". La réponse donnée était : "Ah, mais cette montre peut surveiller vos paramètres vitaux et aussi vous rappeler de faire un peu d'exercice". J'ai donc répondu "Merci, mais je ne suis pas obsédé par mon corps et ma femme se charge déjà de me rappeler que je dois bouger plus". De toute façon, je ne veux pas que toutes les données concernant ma santé soient transmises dans le Cloud, où elles peuvent être analysées par une intelligence, artificielle ou autre. Les bracelets fitness existent depuis déjà assez longtemps, mais il fallait télécharger les données dans votre propre ordinateur (hors ligne) pour les analyser, pas de possibilités de piratage donc. L'IoT semble donc ici juste servir à favoriser les indiscrets dans ce cas. Mon intérêt pour les montres intelligentes a cependant été de nouveau titillé par l'annonce de l'Apple Watch 3. Enfin, il était possible de l'utiliser pour communiquer, un peu à la Dick Tracy. (Pour les plus jeunes d'entre vous, faites une petite recherche sur Internet pour découvrir ce personnage de détective des années 50 et sa montre légendaire.) Et je me suis rendu compte qu'un seul fournisseur de services (et pas le mien) vous permettait d'utiliser cette montre au Royaume-Uni. Le cas classique. Mais bon, une montre que vous devez recharger presque tous les soirs peut finir par ne pas être très pratique.

Une utilisation pratique du bracelet fitness

Alors que les dispositifs sans fil de surveillance de la santé, selon moi en tous cas, présentent un intérêt limité pour la plupart des gens en bonne santé, une semaine passée récemment à l'hôpital m'a fait réfléchir et penser que les patients hospitalisés pourraient réellement en profiter. De toute évidence, il est possible de sauver des vies si le dispositif signale instantanément les problèmes au bureau central des infirmières. Cependant, à moins d'avoir passé un certain temps dans un lit d'hôpital, vous ne savez pas qu'une infirmière vient prendre votre pression artérielle et votre température toutes les heures environ, même la nuit. Les chambres d'hôpital sont souvent des endroits bruyants la nuit, avec des lumières qui s'allument et s'éteignent constamment. Il est difficile de bien dormir et tout appareil IoT qui permettrait de réduire les nuisances serait bien accueilli, par les patients comme par le personnel, qui est déjà suffisamment occupé. Et si vous vous demandez si l'interdiction du téléphone portable peut d'ores et déjà condamner cette idée, là où je me trouvais, tous les patients avaient des téléphones et les utilisaient en permanence ! Juste une idée, pour le MIoT (IoT médical).

"Si j'avais demandé aux gens ce qu'ils voulaient, ils m'auraient dit qu'ils voulaient des chevaux plus rapides"

Cette citation est attribuée au constructeur automobile Henry Ford. Elle implique que c'est l'entrepreneur qui doit expliquer aux gens ce qu'ils veulent, une approche marketing qui mène souvent à l'échec. En réalité, Ford a effectivement donné aux gens ce qu'ils souhaitaient : non pas plus de chevaux, mais plus de puissance.

Si vous avez des questions sur des aspects pratiques, suivez mes messages sur Twitter. Je mets des liens vers des articles intéressants sur l'électronique et les nouvelles technologies, je retweete des publications que j'ai repérées sur les robots, l'exploration spatiale et d'autres sujets.

Engineer, PhD, lecturer, freelance technical writer, blogger & tweeter interested in robots, AI, planetary explorers and all things electronic. STEM ambassador. Designed, built and programmed my first microcomputer in 1976. Still learning, still building, still coding today.

18 Sep 2018, 14:50

Commentaires