DesignSpark Electrical Logolinkedin
Ask a Question

Maintenance préventive des lignes de production : pourquoi pas vous ?

Tenir les délais dans un univers aussi concurrentiel que l’industrie, c’est avant tout pouvoir s’appuyer sur un outil de production fiable et performant. La maintenance est, de longue date engagée sur la voie du digital pour gagner en réactivité et en performances. Explications.

Dans un monde industriel de plus en plus contraint par une concurrence débridée à l’échelle planétaire, la fiabilisation de l’outil de production, est une priorité stratégique. En effet, la disponibilité des lignes de production, tout autant que la chaîne d’approvisionnement en matières premières, constitue l’unique levier pour tenir les promesses faites aux clients et donneurs d’ordre. Pour maintenir (voire réduire !) les coûts de production tout en garantissant le respect des délais, l’unique voie à explorer, c’est l’amélioration continue de l’ensemble des opérations de maintenance. Avec l’évolution des technologies et le développement de l’IIoT (internet industriel de objets), la maintenance n’est plus passive. Il est désormais possible, en analysant des signaux faibles d’anticiper les pannes éventuelles et de rationaliser les activités de maintenance. L’objectif : programmer les interventions et plus les subir !

Quels sont les principaux bénéfices associés à la maintenance préventive ?

Avant de définir quel seront les moyens techniques, humains ou financiers à engager pour déployer la maintenance préventive sur un site de production, il s’agit de cerner clairement les objectifs. La maintenance préventive est d’abord une promesse d’augmentation de l’espérance de vie des équipements. Elle contribuera mécaniquement à réduire sensiblement la probabilité de défaillances du matériel mais aussi à réduire les temps d’arrêt de production, liés aux révisions ou à la résolution des pannes. En ouvrant la voie à une rationalisation de la maintenance, les entreprises peuvent prévenir les incidents, les anticiper et ainsi, mieux programmer les interventions afin de réduire l’impact financier et organisationnel de la maintenance corrective. La maintenance préventive contribue également à limiter les consommations anormales d’énergie, de lubrifiant, de pièces détachées et améliore les conditions de travail du personnel de production.

Maintenance préventive : une question de méthode

Comme son nom l’indique, la maintenance préventive a vocation à détecter les dysfonctionnements, l’usure, les faiblesses, avant que ces derniers se traduisent par des pannes qui entraveraient des flux de production normaux. Mais derrière cette description triviale se cache une réalité très normée. En effet, si l’on s’en réfère à la définition qu’en donne l’AFNOR dans sa norme EN 13306 :200, répond au principe suivant : « réaliser des interventions à des intervalles prédéterminés ou selon des critères prescrits et destinées à réduire la probabilité de défaillance ou de dégradation du fonctionnement d’un bien ». Une fois le principe posé, les technologies prennent le relais. Lorsqu’en 1982, la norme définissait l’esprit de la maintenance préventive, il n’était encore question que d’interventions humaines programmées pour réaliser des contrôles visuels ou appliquer des routines de tests. Sous l’effet de la transformation digitale de notre société, le secteur industriel en tête, la maintenance préventive est entrée dans une nouvelle dimension !

Sur quels dispositifs s’appuyer pour réussir un projet de maintenance préventive ?

Afin de définir les meilleures technologies susceptibles d’être déployées à des fins de maintenance préventive, il faut d’abord en admettre le principe de base. Celui-ci peut se résumer de la sorte : s’assurer que tous les composants d’une ligne de production évoluent selon les prévisions de fiabilité. En d’autres termes, la maintenance préventive ne vaut que pour l’usure normal des pièces, ce qui exclut naturellement tous les incidents éventuels liés à des conditions anormales d’exploitation. Ce principe étant posé, reste à définir comment s’engager sur la voie de la maintenance préventive d’un point de vue opérationnel. La brique de base de la maintenance préventive, c’est la solution de GMAO qui, associée à logiciel de supervision, ouvre la voie à la rationalisation des ordres de maintenance. La multiplication des capteurs, facilitée aujourd’hui par le développement des équipements connectés, simples à installer et surtout assurer un monitoring en temps réel, a encore accru l’engouement pour la maintenance préventive. Les caméra thermiques, les capteurs de températures, les analyseurs de la qualité de l’air, les capteurs de vibration sont autant de dispositifs qui génèrent des données en temps réel, qui peuvent être agrégées par la GMAO. Les bénéfices pour les techniciens de maintenance sont nombreux car, au-delà de la réactivité que leur procurent ces technologies, elles facilitent leur quotidien, notamment pour toutes les taches de relevés. Moins de risque d’erreur, moins de temps perdu, moins de risques d’accident, la transformation digitale de la maintenance est une avancé majeure mais qui évolue encore ! En effet, la génération d’importants volumes de données, ouvre la voie à l’intelligence artificielle. Celle-ci contribue à améliorer encore l’efficacité de la maintenance. L’IA étudie en permanence d’importants volumes de données, pour édifier tous les scenarii possibles concernant les défaillances éventuelles des lignes de production. En fonction des probabilités identifiées, les agents de maintenance peuvent intervenir de manière plus raisonnée. Des interventions, plus ciblées plus précises, qui ne se limitent pas à garantir la fiabilité de l’outil de production mais aussi à agir avec davantage de granularité pour minorer les coûts, tout en recentrant les techniciens sur des tâches à haute valeur ajoutée.

Lorsque vous aurez pu négocier le virage de la maintenance préventive et que vous aurez pu en mesurer les bénéfices pour vos équipes comme pour vos outils de production et équipements industriels, sans doute aspirerez-vous à aller plus loin. Plus loi, c’est la maintenant prédictive. Le principe est en est simple : analyser des signaux faibles à l’aide de capteurs intelligents pour calculer les probabilités de défaillances bien avant les premiers symptômes !

Article écrit par José Roda - Journaliste et auteur indépendant

nicolas.brunet n'a pas encore rempli le champs " à propos de moi" ...

14 Aug 2019, 7:58

Commentaires